Résumé et mots-clés de l'article de Antoine Piantoni, « Le dialogue solitaire des “Lettres à soi-même” de Paul-Jean Toulet »

 

Antoine Piantoni,
« Le dialogue solitaire des Lettres à soi-même de Paul-Jean Toulet »
The solitary dialogue of Paul-Jean Toulet's Letters to oneself

 

Résumé : Antoine Piantoni s’occupe d’un cas rare : ceux qui s’écrivent à eux-mêmes, à travers Paul-Jean Toulet (1867-1920), dont les Lettres à soi-même parurent de façon posthume, en 1928. Il ne s’agit pas d’un recueil composé par Toulet, mais d’une « collection de cartes postales », et parmi elles, de « quelques lettres qu’au cours de quinze années il s’était adressées à lui-même », réunies sous ce titre et publiées à l’initiative d’Henri Martineau. Toulet aurait-il voulu les voir rendues publiques, comme l’affirment cet éditeur et d’autres critiques, pour lesquels « le jeu de la lettre à soi-même n’empêche pas que l’on songe à un autre public, un lecteur futur » ? Certaines sont si bien écrites qu’on est tenté de les croire. Quoi qu’il en soit, leur interprétation est délicate : preuve d’une division de la personnalité frôlant la schizophrénie ? Ou, au contraire, tentative de réconciliation de Toulet avec son moi profond ? Faute de sources permettant de connaître les intentions de l’auteur, on ne peut que risquer des hypothèses sur leur raison d’être et leurs visées.

Abstract : Antoine Piantoni deals with a rare case: those who write to themselves, through Paul-Jean Toulet (1867-1920), whose Lettres à soi-même appeared posthumously in 1928. This is not a collection composed by Toulet, but a "collection of postcards", and among them, "a few letters he had written to himself over the course of fifteen years", brought together under this title and published on the initiative of Henri Martineau. Would Toulet have liked to see them made public, as this publisher and other critics claim, for which "the game of the letter to oneself does not prevent one from thinking of another public, a future reader"? Some are so well written that one is tempted to believe them. In any case, their interpretation is delicate: proof of a division of personality bordering on schizophrenia? Or, on the contrary, an attempt to reconcile Toulet with his deepest self? In the absence of sources that would allow us to know the author's intentions, we can only risk hypotheses about their reason for existence and their aims.

Keywords : Epistolary literature, Literary correspondence, Paul-Jean Toulet, Lettres à soi-même.