Résumé et mots-clés de l'article de Marianne Charrier-Vozel, « La lettre de relation : des secrétaires aux “Lettres familières écrites d'Italie” du Président de Brosses »

 

Marianne Charrier-Vozel,
« La lettre de relation : des secrétaires aux Lettres familières écrites d'Italie du Président de Brosses »
The letter of relation: from secretaries to the Italian Familiar Letters written by the President of Brosses

 

Résumé : Marianne Charrier-Vozel parle des lettres de relation, à travers l’exemple des Lettres familières écrites d’Italie du Président de Brosses (1739-1740). Elle rappelle la vogue de ce genre littéraire et le caractère quasi obligatoire du voyage dans la péninsule pour tout jeune aristocrate. De Brosses a déjà lu des manuels de lettres de relation quand il s’y rend à son tour, pour vérifier certains points d’archéologie et d’histoire : il prépare en effet une édition de Salluste. Sa correspondance témoigne d’une prise de distance critique vis-à-vis des lieux communs des lettres de ce type. On s’attend à ce que l’auteur y insiste sur les difficultés du voyage, ses dangers, et qu’il multiplie les traits pittoresques, fasse des remarques piquantes sur tout ce qui a trait à la nourriture locale et au costume féminin. De Brosses s’y conforme tout en s’en moquant (par le biais de la prétérition) et cherche à donner à son courrier un côté moins guindé, en prenant pour modèle la Marquise. Il s’agit donc de lettres très travaillées, feignant la spontanéité : le Président sait bien qu’elles feront l’objet de lectures publiques.

Abstract : Marianne Charrier-Vozel talks about letters of relation, using the example of the Letters of Familiarity written from Italy by President de Brosses (1739-1740). She recalls the vogue of this literary genre and the almost obligatory nature of the journey to the peninsula for any young aristocrat. De Brosses had already read textbooks of relation letters when he went there in his turn to check out certain points of archaeology and history: he was in fact preparing an edition of Sallust. His correspondence bears witness to a critical distance from the commonplaces of letters of this type. The author is expected to stress the difficulties of the journey, its dangers, and to multiply the picturesque features, making spicy remarks on everything to do with local food and women's costume. De Brosses complies with this, while making fun of it (through preterition) and tries to give his mail a less stilted side, taking the Marquise as a model. The letters are therefore very elaborate, feigning spontaneity: the President knows that they will be the subject of public readings.

Keywords : Letter of relation, President de Brosses, Italian Familiar letters, Epistolary literature, Correspondence.